Shipping costs depend on the number of bottles.
Free delivery on orders over 300.00 € tax incl.

Frédéric BERNE

Mes origines

Né en 1985 au beau milieu de la campagne beaujolaise, j’ai été élevé dans une ferme familiale agricole où cohabitaient mes parents et mes grands parents.

J’ai pu découvrir une agriculture diversifiée avec des vaches, des lapins, des cochons, des poules, des chèvres, des céréales, des vignes où chaque détail avait son importance. Chaque année, il y avait deux grands pics de travail à la ferme : les foins et les vendanges. On pouvait compter sur nos voisins et amis pour nous « donner la main ». C’était un moment de partage et de convivialité.

Durant ma jeunesse, une question revenait souvent: « tu veux faire quoi plus tard », elle a pris du sens à mes 13 ans quand à l’école, on m’a parlé de stage d’orientation. Sur la feuille que l’on ma donnée pour choisir mon stage, j’ai coché la case informaticien. En avant pour un stage chez le géant IBM. Une journée a suffi pour me rendre compte que je ne pourrais pas rester assis sur une chaise alors que la vie à la nature m’appelait. En  rentrant à la maison, je suis allé voir mes parents et je leur ai dit  « je veux devenir vigneron ».

Quel malheur, un enfant dans l’agriculture, mes parents ont tout fait pour me dissuader. Ils pensaient que je devais faire de grandes études pour mettre ma famille à l’abri du besoin dans cette société de consommation. Le métier d’agriculteur était devenu mal compris, on observait une rupture entre les producteurs et les consommateurs lié au développement de la grande distribution.

J’ai finalement passé 4 ans en école de viticulture, j’ai fais des stages un peu partout qui m’ont permis de connaître d’autres cépages, d’autres sols et d’autre façons de travailler.  

A la sortie de mes études, j’ai pris un poste d’ouvrier viticole chez un des meilleurs vignerons de sa génération et j’ai pu continuer à me former sur le terrain et à trouver ma voie. 

Dix année sont passées et me voici dans la cours du Château des Vergers à Lantignié avec ma compagne à la recherche d’une salle pour célébrer notre mariage. Un endroit chaleureux, qui avait gardé tout le charme des générations passées. Au fil des discutions avec les propriétaires des lieux, nous avons abordé le sujet de la viticulture et j’ai compris qu’une place pouvait se libérer sur la propriété. Quinze jours après, nous nous sommes revus pour parler uniquement de viticulture. Je leur ai expliqué ma philosophie sur le métier, j’ai visité les vignes du château, goûté leurs vins et j’ai senti qu’une page allait se tourner dans ma vie,  j’allais enfin devenir vigneron.

J’ai pris ma nouvelle fonction de vigneron le 11 novembre 2013 avec 3 hectares de Beaujolais Villages, 64 ares de Morgon et 60 ares de Chiroubles.

Un petit domaine pour élaborer de grand vin.




Wineyard pictures